Référents Energie : Quel profil ? Quels engagements ?

Publié le 13 juin 2019

L’ATEE a mené une enquête avec l’aide du cabinet GMV auprès de 759 établissements industriels de secteurs d’activité et de tailles variés, permettant de déterminer le profil et les missions des personnes en charge de l’efficacité énergétique (Référent énergie) dans l’industrie.
 
 

Qu’est-ce que le référent énergie ?

Il s'agit de la ou des personne(s) en charge dans l'entreprise de la gestion de l'énergie et de toutes ses composantes. C'est également la/les personne(s) chargée(s) de l'amélioration de la performance énergétique du site, sous la tutelle de la Direction Générale. Le référent énergie est la clé de voûte de la mise en œuvre d'un système de gestion de l'énergie dans l'entreprise ; il est en charge de son animation et de sa réussite.
 

Quel est son profil ?

En 2015, la fonction référent énergie était largement masculine (75 % des interrogés).
 
95 % des personnes interrogées sont multi-casquettes dans la mesure où la gestion de l’énergie ne constitue pas leur activité principale. En effet, 53 % des interrogés sont avant tout des experts HQSE, 32 % sont des techniciens (souvent dans le domaine de la maintenance) et 15 % occupent des fonctions transverses (achats et administratif & financier, services généraux ou techniques).
 

Quelles sont les principales missions du référent énergie ?

Le référent énergie est chargé de concevoir, mettre en place et coordonner les actions permettant d’améliorer la performance énergétique, les modes ou types d’utilisation de l’énergie et les quantités d’énergie utilisée. Selon la taille de la structure, cette mission peut être confiée à une seule personne ou partagée entre plusieurs personnes. Dans ce deuxième cas, il est nécessaire de désigner un référent unique dont la mission principale est de coordonner le travail des personnes concernées.

Dans le détail, les tâches associées à la fonction sont :

  • le suivi de la consommation d’énergie (91 %) ;
  • la mise en conformité des installations (80 %) ;
  • la veille réglementaire (60 %) ;
  • la communication et la sensibilisation des autres membres du personnel (60 %) ;
  • l’animation d’un plan d’actions (60 %) ;
  • le suivi des indicateurs de performance énergétiques (55 %) ;
  • l’innovation des process (41 %) ;
  • l’innovation produit (31 %).
Le référent énergie rend compte de sa mission auprès de la direction générale de l’établissement concerné par la démarche.
Pour aller plus loin, vous pouvez consulter la fiche de mission du référent énergie https://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/sme-fiche-regerent-energie-2015.pdf
 

Quelles sont ses préoccupations ?

La vision court-termiste de l’entreprise par rapport aux questions liées à l’énergie demeure la préoccupation principale des personnes interrogées (73 %). Se tenir informé des évolutions réglementaires (58 %) et identifier des interlocuteurs experts compétents (61 %) ainsi que la constitution d’un réseau et de lieux d’échanges (46 %) sont des difficultés également mentionnées.
 

Quelle place accordée à l’énergie ?

L’énergie constitue un poste de dépenses stratégique pour seulement 15 % des personnes.
 
Cependant, plus de la moitié des établissements interrogés ont déjà investi dans des solutions techniques pour améliorer leurs performances énergétiques. Ceci est vrai en particulier pour les plus grandes entreprises (80 %), et dans les secteurs de l’agroalimentaire, des matériaux de construction et du papier-carton. Seuls 35 % des établissements déclarent avoir bénéficié de CEE (Certificats d’Economie d’Energie) malgré les nombreuses opérations éligibles au dispositif dans l’industrie.