Achats d’énergie : Comment un industriel peut optimiser ses achats en lien avec l’énergie ?

Publié le 5 octobre 2020

Les industriels disposent de nombreux moyens d’agir sur leurs achats d’énergie (gaz, électricité, équipements, services…). Un module complémentaire à la formation « Référent énergie dans l’industrie et le tertiaire complexe » (PROREFEI) pilotée par l’Association Technique Energie Environnement (ATEE) propose d’approfondir les notions d’achat d’énergies, de produits, d’équipements et de services énergétiques.

Explorer les différents leviers disponibles pour optimiser ses achats d’énergie peut apparaitre comme un enjeu secondaire pour un industriel, surtout en cette période de crise sanitaire. C’est pourtant un exercice rentable, à double titre. Cette optimisation permet en effet d’améliorer la compétitivité, mais aussi de dégager des marges d’investissement, en vue d’acquérir des équipements plus performants. Maximiser ses bénéficies implique cependant de savoir jouer simultanément sur plusieurs tableaux, autrement dit sur les trois volets qui composent le prix d’une énergie : la fiscalité, le transport et enfin de l’énergie proprement dite. Afin que les achats en matière d’énergie soient le plus pertinents possibles, la relation entre le référent énergie de l’entreprise et le service achats s’avèrent essentielle.

 

 

 

« Lorsqu’on parle d’optimisation des achats d’énergie, la majorité des acteurs ne considère bien souvent que le volet achat de kilowattheures d’électricité ou de gaz. Or se cantonner à cette composante, c’est négliger 60% de la facture totale. Des leviers existent cependant en vue d’optimiser l’ensemble de sa facture d’énergie. », expose Quentin Godécaux, consultant au sein du cabinet de conseil en performance énergétique Rozo

 

 

 

À titre d’exemple, sur le volet fiscal, une entreprise « électro-intensive » peut bénéficier de tarifs réduits ou d’exonération sur la taxe intérieure sur la consommation finale d’électricité (TICFE). Certains industriels ignorent qu’elles peuvent ainsi économiser jusqu’à un quart de leurs coûts d’électricité.

 

Économie de 750.000 euros

De même qu’on ne souscrit pas un abonnement de 100 giga-octets de datas alors que la consommation de son smartphone est inférieure 5 giga-octets, il demeure essentiel d’optimiser la puissance souscrite (électricité) ou la capacité journalière (gaz naturel) de son point de livraison au regard des besoins réels. Quentin Godécaux complète en insistant sur l’importance de surveiller l’énergie réactive facturée sur site pour laquelle des solutions simples peuvent être mises en place.

Concernant la partie « achats » proprement dite, la difficulté réside dans la palette de compétences à mettre en œuvre. Tout d’abord, l’enjeu consiste à repérer les indicateurs susceptibles de faire varier sensiblement les cours, afin d’acheter au moment propice. Des compétences juridiques peuvent également s’avérer utiles, afin de comprendre certains dispositifs, comme le mécanisme Arenh (Accès régulé à l'énergie nucléaire historique) qui permet aux fournisseurs alternatifs d'acheter à EDF une certaine quantité d'électricité nucléaire à prix fixe. Enfin, la maitrise des mécanismes d’appels d’offres facilite une saine mise en concurrence.

Les exemples d’entreprises ayant tiré parti de ces possibilités ne manquent pas. Dernièrement, un industriel de l’agro-alimentaire basé à Avignon (Vaucluse) a pu économiser 750.000 euros TTC en optimisant sa facture énergétique (17 gigawattheures par an). Le lancement d’un appel d’offre pour ses achats d’énergie a permis à cette PME de 200 salariés d’économiser 600.000 euros TTC sur trois ans, tandis que le remboursement de deux ans de TICFE lui a fait gagner 150.000 euros TTC.

 

Demi-journée de formation

Ces problématiques sont abordées dans le cadre de la formation « Référent énergie dans l’industrie et le tertiaire complexe » (PROREFEI). Lancée en 2018 et pilotée par l’Association Technique Energie Environnement (ATEE) avec l’appui de l’ADEME, ce programme vise la montée en compétence des professionnels issus des services HQSE, Maintenance, Travaux neufs ou Production, etc.

Mais la nécessité d’approfondir les questions d’achats d’énergie, d’équipements, de services en lien avec l’énergie a conduit à enrichir dernièrement la formation d’un module complémentaire en « Achats d’énergie, de produits d’équipements et de services consommateurs d’énergie ». Rozo et le bureau d’études Energie 3 Prowatt interviennent en tant qu’organismes de formation pour apporter leur expertise aux stagiaires de PROREFEI souhaitant approfondir ces notions. Ce module est organisé sous la forme d’une session d’une demi-journée proposée à partir du mois d’octobre 2020, pouvant également se dérouler à distance au regard du contexte sanitaire actuel.